Repenser les salles de classe

Des espaces conçus pour un apprentissage et un enseignement actifs et engagés

Télécharger le PDF  (215 KB)

mh_wp_rethinking_the_classroom_eur.jpg

Éducateurs, chercheurs et étudiants découvrent les avantages d’un apprentissage collaboratif, actif et engagé. Mais les salles de classe qui soutiennent un tel changement dans l'enseignement et l'apprentissage ont pris du retard. En effet, il existe de véritables possibilités d’augmenter les opportunités d’apprentissage et de créer des expériences enrichissantes en repensant l’environnement des salles de classe.

« L’apprentissage n’est pas un sport de spectateurs… Les étudiants doivent parler de ce qu’ils apprennent, écrire sur le sujet, le relier à des expériences passées, et l’appliquer à leur vie quotidienne. Ils doivent intégrer en eux cet apprentissage. » —Chickering et Gamson

Parvenir à engager les étudiants et à préserver cet engagement est peut-être l’une des étapes les plus importantes pour la réussite de l'apprentissage. Le Community College Survey of Student Engagement (CCSSE) de l’Université du Texas, à Austin, estime que seule la moitié des étudiants en collèges communautaires reviennent la deuxième année, et que beaucoup abandonnent avant même d’avoir terminé le premier semestre. Chaque année, le CCSSE enquête auprès des étudiants pour identifier les causes de cette attrition et trouver des solutions pour répondre aux besoins des étudiants à haut risque. Parmi les points de référence mesurés, le CCSSE évalue le degré d’apprentissage actif et collaboratif dans l’enseignement promulgué.

Un article sur l’apprentissage coopératif dans l’enseignement supérieur paru dans le magazine Change fournit des preuves convaincantes des avantages des méthodes d'enseignement et d’apprentissage collaboratives. « Les étudiants en université qui obtiendraient une note dans le cinquantième centile en apprenant de manière compétitive obtiendraient une note dans le soixante-neuvième centile s’ils apprenaient de manière coopérative ; les étudiants qui obtiendraient une note dans le cinquante-troisième centile en apprenant de manière individualiste obtiendraient une note dans le soixante-dixième centile en apprenant de manière collaborative. » Les mesures utilisées dans cette étude incluaient l’acquisition, la rétention, l’exactitude des connaissances, la créativité en termes de résolution de problèmes et le raisonnement de niveau supérieur. Ces résultats sont le signe d'un apprentissage réussi et d'une expérience universitaire de haute qualité.

Un diagramme décrivant la pyramide d'apprentissage de National Training Laboratories.

Une étude de l’institut National Training Laboratories a montré que plus les méthodes d'enseignement et d'apprentissage étaient actives, plus les taux de rétention étaient élevés. - Adapté de The Learning Triangle : National Training Laboratories © mindServegroup 2005

Ce que nous savons

La configuration des salles de classe influence les degrés d’interaction et d’engagement. L’engagement et l’apprentissage actif favorisent la rétention.

Une étude de l’institut National Training Laboratories menée en 2000 a révélé que 5 pour cent seulement des informations communiquées en cours magistral étaient retenues. En comparaison, les taux de rétention sont de 50 pour cent pour les groupes de discussion et de 70 pour cent pour les travaux pratiques. Et le taux de rétention lorsque des étudiants enseignent à d’autres étudiants atteint même les 80 pour cent.

Le philosophe grec Sophocle avait déjà compris cela au Ve siècle av. J.-C. quand écrivait : « Il faut apprendre en faisant la chose, car même si vous pensez savoir, vous n'avez aucune certitude avant d'avoir essayé. ». La sagesse de cette vision antique se reflète dans l’étude que Herman Miller a récemment menée à l'Estrella Mountain Community College (EMCC). Soixante-quatre pour cent des étudiants interrogés déclarèrent qu’apprendre par la pratique était leur style d'apprentissage préféré.

Alexander Astin, professeur émérite à l'Université de Californie, à Los Angeles, note le changement dans l'enseignement requis par une classe d'apprentissage actif. Les enseignants se concentrent moins sur ce qu'ils font et plus sur ce que l'étudiant fait. Les enseignants sont conscients du degré de motivation de l'étudiant et du temps et de l'énergie qu'il consacre au processus d'apprentissage. « C’est l'implication des étudiants, plutôt que les ressources ou les techniques d’enseignement, qui devient la préoccupation principale de l'instructeur », constate Astin.

Astin poursuit en ajoutant que c’est ensuite la motivation qui entre en compte. La motivation et l'implication des étudiants deviennent la préoccupation de l’enseignant. Cela suggère une transition significative par rapport aux acquis pédagogiques traditionnels.

La conception des salles de classe peut permettre de développer des compétences qui seront utiles par la suite dans la vie quotidienne ou professionnelle. L'apprentissage autonome et la résolution de problèmes en collaboration sont des compétences indispensables à la réussite.

La manière dont les étudiants apprennent permet de développer des compétences qui seront par la suite essentielles dans la vie courante. La League for Innovation in the Community College a identifié les acquis des apprenants du vingt-et-unième siècle. Ces acquis incluent l’aptitude à la communication, la diversité et le pluralisme, la réflexion critique et la résolution de problèmes, les compétences interpersonnelles (dont le travail d’équipe), la gestion des relations, la résolution de conflits, les compétences en milieu de travail et les compétences personnelles de gestion du changement, l'apprentissage de l'apprentissage et la responsabilité personnelle.

Selon Roger Yohe, directeur du Centre d’Enseignement et d’Apprentissage de l’EMCC, « ce qui importe, ce n’est pas ce que l’étudiant sait, c’est ce qu’il peut faire de ce qu’il sait. Un groupe de travail implique un fort degré de normalisation sociale. Vous n’y retrouverez pas les mauvais comportements ou les distractions qui peuvent avoir lieu dans un enseignement pédagogique. Les petits groupes contrôlent leurs membres. C’est un apprentissage de la vie en communauté. Les étudiants consultent en premier lieu les membres de leur groupe et se tournent ensuite vers l’enseignant. »

La conception des salles de classe peut améliorer le niveau d’interaction entre l’étudiant et le corps professoral par des moyens formels et informels.

Lorsque les enseignants peuvent se déplacer librement dans la pièce et se rapprocher facilement d’un étudiant en difficulté ou en questionnement, le degré d’interaction s’élève de manière significative. Astin ajoute qu’une interaction régulière avec le corps professoral est plus étroitement liée à la « satisfaction de l'université que tout autre type d’implication ». Les élèves qui interagissent avec leurs enseignants sont plus susceptibles d'exprimer leur satisfaction globale à l'égard de leur expérience universitaire. Plus l’interaction étudiant – professeur est élevée, meilleurs sont les résultats.

Des salles de classe confortables (physiquement et psychologiquement) favorisent la sensation de bien-être et la concentration, tout en limitant les distractions.

Le confort n’est pas toujours un phénomène quantifiable. Mais nous savons que l’inconfort entraîne la distraction. La température, l’éclairage et le mobilier sont autant de facteurs qui influent sur notre sensation de confort. Le confort psychologique est également important. Les environnements intimidants ou inhospitaliers influencent la profondeur de l’apprentissage promulgué.

Herman Miller a étudié les effets du confort dans l’environnement de travail. Les résultats indiquent que lorsque les gens disposent d'un certain contrôle sur leur environnement, leur sentiment de bien-être en est accru. Lorsqu’ils disposent de meubles et d’espaces de travail ergonomiques, leur capacité à rester concentrés est améliorée. Dans un sens, un environnement confortable libère l'esprit des distractions qui entravent le travail ou l'apprentissage.

Les réponses du corps professoral et du personnel d’Estrella Mountain Community College ne laissent aucun doute sur le fait que les studios d'apprentissage offrent des environnements plus propices à l'apprentissage et l'enseignement que les salles de classe traditionnelles.

La diversité du corps étudiant est en croissance constante. Le défi pour les universités consiste donc à créer des salles de classe suffisamment flexibles pour s’adapter à cette diversité et à améliorer l’expérience de l'apprentissage de tous les étudiants, quels que soient leur profil et leurs objectifs éducatifs.

Un graphique montrant les réponses de Estrella Mountain Communauté scolaire et du personnel de la College sur les environnements de classe préférés.

Les réponses du corps professoral et du personnel d’Estrella Mountain Community College ne laissent aucun doute sur le fait que les studios d'apprentissage offrent des environnements plus propices à l'apprentissage et l'enseignement que les salles de classe traditionnelles.

Par conséquent

L’objectif de la conception de salles de classe est de favoriser le développement académique, psychologique et sociologique. La conception de ces espaces devrait laisser intentionnellement une part à l'inattendu et éviter les comportements prescriptifs et restrictifs, de la part des enseignants comme des étudiants. La conception d'espaces d'apprentissage devrait accroître le degré d'engagement, favoriser l'apprentissage et l'enseignement actifs et soutenir les objectifs d'apprentissage des établissements d'enseignement supérieur.

Défi

Si l'apprentissage et l'enseignement actifs et collaboratifs sont plus efficaces que les méthodes d’apprentissage magistral et individualisé, pourquoi les environnements de classe n'ont-ils pas évolué dans ce sens ? Si les environnements compétitifs dirigés par l’enseignant entraînent des taux de rétention inférieurs et une attrition plus élevée, pourquoi les étudiants continuent-ils à s'attabler à des bureaux immobiles, tels des « soldats en rang », comme l'a observé un professeur de collège communautaire, plutôt que de s‘organiser en groupes de tables ou de s’assoir en cercle ? Pourquoi les salles de classe n’ont-elles pas évolué pour favoriser l’enseignement cinétique et l’apprentissage dynamique ?

Il est difficile de répondre à ces questions, car les établissements doivent intégrer de nombreux éléments différents. Ils englobent la recherche de méthodes d'apprentissage et d'enseignement, des tendances culturelles et sociologiques, la compréhension des besoins des enseignants, des étudiants et des administrateurs et la détermination de la meilleure façon de réaliser leurs objectifs communs dans les espaces d'apprentissage du campus.

Pour réussir à relever le défi de créer des environnements d'apprentissage attrayants et actifs, il faut une vision, une conception et une mise en œuvre collaboratives de la part d’une équipe dédiée qui apporte divers talents et spécialités à la réalisation de solutions innovantes.

Solution

L’EMCC a été le théâtre de ce type d’effort global pour créer des espaces favorisant un enseignement et un apprentissage actifs et engagés. Situé dans la périphérie ouest de Phoenix, en Arizona, l’EMCC fait partie du district universitaire communautaire de Maricopa, le plus grand district universitaire communautaire du pays.

En prévision d’un important projet de construction à venir, la direction de l'EMCC mobilisa un certain nombre d'enseignants, d'étudiants et de membres du personnel pour contribuer à définir les besoins auxquels pourraient répondre la rénovation et la création de nouvelles d’installations. Ils firent appel à Herman Miller et à son distributeur local, Goodmans Interior Structures, pour compléter l'équipe qui serait chargée du développement d’une expérience d'apprentissage holistique.

Ce partenariat rassemblait divers profils et expériences. Tous les participants avaient une chose en commun : le désir de s'affranchir des idées conventionnelles sur la conception des salles de classe. Dans un premier temps, ils menèrent une enquête auprès du corps professoral pour en savoir plus sur les méthodes utilisées en classe. Les professeurs classèrent « la création d’un forum pour un dialogue étudiant/enseignant libre et ouvert » comme leur style d’enseignement le plus courant. S’en suivait « la création d’un stimulus pédagogique et la facilitation de la découverte. »

Afin de répondre à ces besoins, l’équipe utilisa trois principes pour guider sa réflexion :

1.  Une institution a le pouvoir de créer des espaces qui favorisent la réussite des élèves et font progresser l'enseignement et l'apprentissage.

2.  Créer de nouveaux espaces permet à une institution de répondre aux changements dans les besoins et les attentes des étudiants et des professeurs.

3.  Les espaces d'apprentissage ne peuvent pas limiter ou prescrire un certain style d'enseignement ou d'apprentissage.

Le premier défi rencontré par l’équipe a consisté à repenser les espaces de classe, puisque ces lieux influenceraient presque immédiatement le changement souhaité dans les méthodes d’apprentissage et d’enseignement. Comment la conception d’une salle de classe pouvait-elle favoriser un apprentissage actif et collaboratif, engager étudiants et enseignants et offrir des moyens d’interaction, tout en stimulant et en soutenant les étudiants ?

Il était devenu évident que la réponse à ces questions ne viendrait pas de changements progressifs apportés au modèle de classe existant. L’expression « studios d’apprentissage » commença à apparaître pour définir non seulement les caractéristiques physiques de l’espace, mais également l’évolution d’un paradigme en faveur d’un enseignement et d’un apprentissage engagés.

Au départ, l’équipe créa deux prototypes de studios d’apprentissage. La conception et la création de ces deux espaces prirent environ deux mois, mais l’expérience offrit à l’EMCC ce dont il avait besoin pour confirmer une volonté de passer de salles de classe traditionnelles à des studios d’apprentissage.

Plusieurs mois après la mise en service de ces studios d'apprentissage, Herman Miller interrogea les professeurs et les étudiants de l'EMCC qui enseignaient et apprenaient dans ces espaces. Herman Miller était intéressé par la comparaison et le contraste entre les salles de classe traditionnelles et les studios d’apprentissage. Les méthodes de recherche incluaient des groupes de discussion formés d’étudiants et de professeurs, et des entretiens avec les professeurs et les administrateurs. Une étude quantitative en ligne auprès d’étudiants et de professeurs fut aussi menée.

Après avoir fait l’expérience des studios d’apprentissage, étudiants et professeurs eurent des réponses plus que positives. Le corps professoral, en particulier, déclara apprécier les studios d’apprentissage comme un paradigme qui servait mieux les possibilités d’un apprentissage expérientiel et constructiviste.

Degrés d’interaction et d’engagement

La flexibilité intentionnelle des studios d'apprentissage se prête à de nombreux styles d'enseignement et d'apprentissage. En l’absence de conception normative, les enseignants sont libres de proposer un cours magistral, de mener des discussions ou de privilégier un apprentissage en groupe ou basé sur des travaux pratiques.

Les tables mobiles Intersect portfolio et les sièges Caper permettent aux étudiants et aux professeurs de configurer facilement la salle en fonction de leur objectif ou de leur préférence. Il est facile d’installer dans le même espace des sièges en cercle pour une discussion avec toute la classe ou six tables pour des projets en petits groupes, et soutenir ainsi des styles d'apprentissage et d'enseignement variés.

Les produits mobiles Intersect portfolio peuvent être déplacés au gré des besoins. De grands tableaux blancs peuvent rapidement diviser un vaste espace en des zones de groupe plus petites.

Grâce au WiFi disponible partout, les étudiants sont libres de se déplacer avec un ordinateur portable et de s’installer où ils le souhaitent. Le fait d’avoir remplacé les ordinateurs de bureau par des portables a permis d’augmenter le degré d’engagement. Les étudiants ont plus d'interactions et sont plus enclins à partager des informations, principalement parce qu’ils ne sont pas enchaînés à un ordinateur ou cachés derrière un écran.

Comme les studios favorisent les relations directes et les conversations, ils permettent d’éviter la passivité et l’isolement associés aux salles de classe traditionnelles.

Participation et responsabilisation

La nature dynamique et adaptable des studios d'apprentissage ajoute un élément de surprise. Les opportunités inattendues associées à la mobilité de l'espace offrent également une nouvelle perspective sur l'avenir des salles de classe. Comparez cela à la prévisibilité et l’immobilité des classes équipées de traditionnelles rangées de bureaux.

Les enseignants de l’EMCC répondirent favorablement à la manière dont les studios d’apprentissage favorisaient l’indépendance au travers d’activités de groupe. Parmi les éléments cités dans cette étude de suivi, on retrouve les vastes salles de classe permettant de répartir des groupes, la flexibilité de configuration des meubles et de l’espace et la possibilité de présenter des informations. Les enseignants notèrent également très positivement la possibilité offerte par l’espace aux étudiants d'apprendre à prendre en charge leur propre apprentissage. Enseignants comme étudiants ont la possibilité de modeler leur environnement d’apprentissage.

Roger Yohe, de l’EMCC, explore avec les professeurs les différentes manières dont ils peuvent stimuler l’engagement et développer une responsabilisation chez les étudiants. « Nous devons moins nous concentrer sur les présentations, et plus sur l’apprentissage des étudiants. C’est cela l’enseignement actif. Notre travail consiste à montrer aux étudiants comment appliquer la théorie, et pas seulement à leur enseigner cette théorie. Lorsque vous donnons aux étudiants les outils pour apprendre, ils comprennent que ce sont eux qui sont responsables de leur utilisation ».

Les studios d’apprentissage ont également permis d’améliorer le soutien entre les étudiants. Comparés aux salles de classe traditionnelles, les studios d’apprentissage favorisent une collaboration plus détendue et moins intimidante, tout en représentant toujours un défi intellectuel. Les étudiants interrogés déclarèrent avoir commencé à former des groupes de travail de leur propre chef, ou se tourner plus facilement vers les autres étudiants car l’interaction et la participation étaient devenues des comportements naturels.

La conception des studios d’apprentissage permettait également de développer un sens d'identité et d’appartenance. Les étudiants constatèrent que l’agencement en vis-à-vis des tables et des sièges dans les studios d’apprentissage les rendaient plus enclins à se présenter aux autres personnes assises à la même table, à discuter des exercices ou à se poser mutuellement des questions.

Des compétences utiles dans la vie quotidienne et professionnelle

La conception des studios d'apprentissage crée intentionnellement une atmosphère de travail d'équipe, dans laquelle la résolution de problèmes et la gestion des relations sont des activités régulières. La présence de tables plutôt que de bureaux individuels, l’agencement organique et non linéaire de l’espace et les méthodes d’enseignement fondées sur la discussion et non sur une communication à sens unique sont autant de facteurs qui stimulent l’aptitude à la communication, le travail d’équipe et la gestion des relations.

Dans une classe qui favorise les travaux en petits groupes, la collaboration et l’expérimentation, chaque étudiant est un meneur. L’enseignant n’est plus l’unique meneur. Selon le corps professoral de l’EMCC, l’une des caractéristiques de la conception des studios d’apprentissage est la « décentralisation de l’espace de l’enseignant ». Le studio d’apprentissage décentralise également le rôle de l’enseignant. Savoir donner et recevoir est une expérience qui sera essentielle aux étudiants lorsqu’ils quitteront le campus, et les enseignants jouent un rôle important dans le développement de cette aptitude.

Les étudiants questionnés évoquèrent la façon dont la conception de l’espace influençait l’apprentissage autonome en

  • favorisant une plus grande implication dans les activités de groupe ;
  • en aidant à créer un environnement propice à la prise de parole en public et à la participation aux discussions ; et
  • en offrant un accès aux technologies pour soutenir la recherche et les activités d’apprentissage dynamiques.

Une interaction par des moyens formels et informels

Pour de nombreux étudiants de l’EMCC, les opportunités d’interaction avec les enseignants surviennent principalement en classe. Les temps de transport et les contraintes liées à la vie professionnelle et privée font que de nombreux étudiants vont en cours puis quittent le campus. Les interactions qui se déroulent entre étudiants et enseignants dans les studios d’apprentissage sont donc essentielles.

Les configurations de classe traditionnelles créent des hiérarchies tacites dans lesquelles les élèves loquaces et confiants s'asseyent à l’avant et reçoivent individuellement une plus grande attention, tandis que les élèves silencieux ou timides s’installent au fond et évitent les interactions avec les enseignants et les autres élèves. Les étudiants constatèrent qu’il leur était plus facile de s’exprimer grâce à la configuration informelle des studios d’apprentissage. Il était plus facile de suivre les conversations lorsque la salle de classe était plus collaborative et que les enseignants se déplaçaient librement.

Le design a également été pensé pour favoriser les échanges en tête-à-tête entre enseignants et étudiants. Les sièges confortables Celeste, les sièges hauts Covey et les postes de travail debout Resolve créent des espaces propices aux conversations individuelles et aux sessions plus restreintes.

Un confort physique et psychologique

Comme la plupart des collèges communautaires, l’EMCC possède un fort taux d’étudiants à haut risque. Il se compose, en partie, d’une population d’étudiants qui sont la première génération à suivre des études supérieures, et bon nombre d’entre eux ne reçoivent qu’un faible soutien de leur famille. Certains étudiants n’ont que peu d’expérience d’une éducation formelle ou s’inscrivent des années après avoir quitté cette éducation formelle. Créer un environnement accueillant qui favorise une sensation de bien-être peut faciliter cette transition difficile et avoir une influence positive sur les résultats.

Les réponses des étudiants à l’étude indiquent que l’ambiance des studios d’apprentissage va dans le sens de leurs attentes en matière d’enseignement supérieur. Le mobilier et l’environnement leur communiquent un sentiment de professionnalisme, de confiance et de considération qui n’émanait pas des salles de classe traditionnelles. Voici l’impression qu’ils avaient : Nous sommes respectés et appréciés par l’université. Les étudiants décrivirent les studios d’apprentissage comme « accueillants » et « relaxants ». Compte tenu des problèmes d’attrition rencontrés par les collèges communautaires, ces impressions positives peuvent contribuer à réduire les taux d’abandon.

Le confort physique est également important. Les éléments inclus dans les studios d’apprentissage ont été ergonomiquement conçus pour apporter confort et soutien. Par exemple, les étudiants commentèrent que les sièges Caper étaient confortables et qu’ils ne fatiguaient pas le dos, même après deux heures de cours.

Le décloisonnement des studios d’apprentissage crée une ambiance plus confortable. Les étudiant apprécient de pouvoir étaler leurs affaires et déplacer les sièges. La configuration des pièces varie également grâce aux outils de présentation installés dans la pièce. Contrairement à ce qui peut se passer dans les classes traditionnelles, les étudiants n’avaient plus à tendre le cou pour voir, et n'avaient plus l’impression d’être trop près ou trop loin. Les enseignants mentionnèrent que le vaste espace et l’agencement des meubles les aidaient à se déplacer librement dans la classe, sans devoir se frayer un chemin dans des allées trop étroites.

La conception avait également pour objectif d’intégrer aux studios d’apprentissage des caractéristiques propres aux environnements naturels. Une combinaison de formes, motifs, coloris, surfaces dures et souples emplit l’espace d’une sensation de variété et de surprise, pour créer des lieux d’apprentissage stimulants. La table Butterfly de la gamme Intersect portfolio a une forme douce qui crée un équilibre avec les tables rectilignes. Les écrans Resolve ajoutent un élément plus doux aux composants structurels des studios. Certains studios disposent aussi de sièges souples et confortables pour faciliter les interactions en tête-à tête entre enseignants et étudiants.

À l’EMCC, le projet pilote initial de deux espaces a mené à la construction de 22 studios d’apprentissage supplémentaires sur le campus. La rénovation et la modernisation des espaces existants se poursuivent sur la base du succès rencontré jusqu’ici. Cependant, pour ces nouveaux espaces d’apprentissage, la totale flexibilité reste le principe fondamental de la conception : l’espace, le mobilier et la technologie sont faits pour évoluer en un rien de temps. Cette flexibilité ne rend pas seulement la pièce plus adaptable, mais elle augmente également l’engagement des étudiants et des enseignants en créant des espaces d’apprentissage expérientiels et dynamiques.

Selon les termes de l’un des administrateurs de l’EMCC : « Les bonnes conceptions résolvent les problèmes. Si la conception de nos espaces ne favorise pas les interactions significatives en enseignants et apprenants, pourquoi choisir l'EMCC ? Nous devons être des défenseurs de l'enseignement et de l'apprentissage afin que nos installations deviennent véritablement des espaces d'apprentissage. »

Le partenariat entre l’EMCC, Herman Miller et Goodmans a mené à une approche de la planification et de la conception des studios d’apprentissage orientée sur la résolution de problèmes et la collaboration. Il démontre à quel point la réussite résulte des expériences et idées partagées et de la participation d’une équipe créative hétérogène. Au final, cette expérience est assez proche de celle vécue par les étudiants et leurs professeurs dans studios d’apprentissage.

Références

Astin, Alexander W., « Student Involvement: A Developmental Theory for Higher Education, » Journal of College Student Development, septembre/octobre 1999, 40 (5), pp. 518-529

Chickering, A. W. et E. F. Gamson, « Seven Principles for Good Practice in Undergraduate Education, » American Association of Higher Education, Bulletin 39 (7), pp. 3-7, 1987

Community College Survey of Student Engagement, « 2005 Findings, » sommaire exécutif et résultats d’enquête, www.ccsse.org, consulté le 24/07/2006

Estrella Mountain Community College, Office of Planning and Institutional Effectiveness, « Summer 2005 Student Focus Group & Survey on Classroom Design, » 19 juillet 2005

Fisher, Kenn, Tony Gilding, Peter Jamieson, Peter Taylor, et Chris Trevitt, « Place and Space in the Design of New Learning Environments, » Higher Education Research and Development, 19 (2), juillet 2000, pp. 221-237

Herman Miller, Inc., et D. Deasy, Inc., « Radical Flexibility and the Learning Studios at EMCC, » rapport d’étude, mai 2006

Herman Miller, Inc., rapport d’étude interne, 2006

Étude de cas Herman Miller, Estrella Mountain Community College, 2006, www.HermanMiller.com

Johnson, David W., Roger T. Johnson, et Karl A. Smith, « Cooperative Learning Returns to College: What Evidence is There That It Works? » Change, juillet/août, 1998, pp. 27-35

Leach, Linda, et Nick Zepke, « Integration and Adaptation: Approaches to the Student Retention and Achievement Puzzle, » Publications de la Higher Education Academy et de SAGE, 6 (1), 2005, pp. 46-59

Maricopa Learning Exchange, « Learning Studios: Radical Flexibility for the Next Generation of Learning Spaces, » www.mcli.dist.maricopy.edu/mlx/ slip.php?item=1797, consulté le 27/06/2006

National Training Laboratories Institute for Applied Behavioral Sciences, « The Learning Triangle: Retention Rates from Different Ways of Learning, » Bethel, Maine, 2005

O’Banion, Terry, « The Learning College: Both Learner et Learning Centered, » Learning Abstracts, 2 (2), mars 1999, consulté le 22/06/2006 sur www.league.org/publication/abstracts/learning/lelabs9903.html

Oblinger, Diana G., « Radical Flexibility and Student Success: An Interview with Homero Lopez, » Educause Review, janvier/février 2006

Wolff, Susan J., « Design Features for Project-Based Learning », février 2002, www.designshare.com/ResearchWolff/Wolff_DesignShare_3_7_02.pdf, consulté le 27/07/2006

Yohe, Roger, entretien téléphonique, 31 juillet 2006