Soludos

Fabricant d'espadrilles en plein essor, Soludos avait besoin d'un bureau incarnant parfaitement le caractère de sa marque, tout en stimulant la créativité et l'efficacité de ses collaborateurs.

 

New York, New York, US

Télécharger le PDF  (1.8 MB)

Une salle de conférence équipée d'une table rectangulaire et de chaises de bureau Setu. Sélectionnez pour lire une vidéo d'étude de cas avec Soludos.

Études de cas

2:32

Case Study : Soludos

Soludos, marque de chaussures tendance établie à New York, a fait appel à Herman Miller pour savoir comment ses nouveaux bureaux pouvaient répondre aux besoins des collaborateurs tout en exprimant véritablement son identité.

Les espadrilles occupent une place particulière dans le monde de la chaussure. L'artiste Salvador Dali était connu pour porter ces mules plates à la semelle de corde, originaires d'Espagne. Pablo Picasso et Grace Kelly en étaient également fans. Quand l'entrepreneur Nick Brown quitta Londres pour New York aux alentours de 2006, il fut donc étonné de constater qu’elles étaient introuvables outre Atlantique. C'est alors qu'il décida de rectifier la situation. Cinq ans plus tard, il avait fondé Soludos.

Implantée dans le quartier chic de SoHo, à New York, l'entreprise fabrique désormais des versions contemporaines très prisées de cette classique sandale méditerranéenne. « Je reste stupéfait de l'incroyable croissance organique que nous avons connue au cours des dernières années », s'étonne encore Brown, dont la première commande (80 paires) avait été expédiée avec des étiquettes qu'il avait écrites à la main. Deux ans plus tard, Soludos vend désormais en ligne plus de 100 paires par jour. La marque est référencée par des distributeurs haut-de-gamme aux États-Unis et dans le monde entier : « Elle fonctionne très bien au Japon, au Royaume-Uni et en Australie », se félicite Brown. L’entreprise n'a donc pas uniquement augmenté ses effectifs, elle travaille également avec de plus en plus de partenaires et de clients. Malheureusement, l’espace de travail de Soludos n’avait pas suivi. « Au fur et à mesure que notre équipe gonflait, les murs commençaient à se rapprocher, déplore Brown. Nous avions besoin d’un espace qui soutiendrait les besoins de notre activité.

Cela faisait moins de deux ans que l’entreprise avait emménagé dans ses locaux précédents, et selon Robert Wright, directeur marketing de Soludos, l’équipe s’efforçait sans relâche de développer l’activité, mais ne se préoccupait pas assez de faire évoluer l’espace pour soutenir sa croissance. « À ce stade de l’entreprise, penser à choisir les bureaux les mieux adaptés et tout ce qui va avec n’est pas vraiment votre priorité », admet Wright.

Des rangées de chaussures sont posées sur des tables à l'extérieur d'une entrée de bureau.

Soludos fit appel aux consultants en design d’intérieur Homepolish, de New York, ainsi qu’à Herman Miller, pour qu’ils les aident à créer un espace qui reflète la personnalité de la marque Soludos. Homepolish se concentra tout d’abord sur l’espace du showroom qui accueillait les visiteurs à leur arrivée.

Une croissance douloureuse

Il devint vite évident, cependant, qu’ignorer les faiblesses de l’espace physique de l’entreprise était une grossière erreur. Alors que la pression sur l’espace augmentait, l’encombrement devenait difficile à contrôler. « Il y avait des piles de boîtes partout, se souvient Brown. Nous n’arrivions jamais à trouver les échantillons dont nous avions besoin avant de courir à une séance photo. Nous étions constamment en train de fouiller partout. » Les locaux étroits disposaient d’un espace décloisonné prévu pour faciliter la collaboration, mais cela s’est avéré problématique pour les équipes comme pour les individus. Il y avait très peu d’intimité, et de ce fait, les personnes qui travaillaient beaucoup par téléphone (les ventes internationales ou le service à la clientèle) dérangeaient le reste du bureau. Et si les employés souhaitaient avoir une conversation rapide ou une discussion plus formelle, l'espace ne disposait d'aucun agencement adapté à ce genre d'activité.

L’unique salle de réunion servait à différentes activités, et n’était pas toujours à la hauteur de la tâche. « Elle faisait aussi office de placard de rangement, et c’est également là que nous faisions passer de nombreux d’entretiens, déplore Lauren Tauflinger, responsable marketing. Ça faisait vraiment une drôle d’impression lorsque des piles de boîtes s’écroulaient sur les personnes que vous souhaitiez recruter. » Les designers, qui utilisaient également cet espace comme studio de facto, devaient constamment amener leurs tableaux de tendances et leurs prototypes dans la pièce bondée pour y travailler, puis les en sortir pour laisser la place aux réunions et aux entretiens.

Mais le pire était que l’espace n’incarnait pas l’intention et l’identité de la marque Soludos. Brown voyage dans le monde entier à la recherche d’inspiration, et l’entreprise est associée à certains des plus grands noms de la mode. « Notre axe de travail principal pour les prochaines années est de nous différencier, de montrer notre personnalité et de créer un lien émotionnel entre les clients et nos produits, explique-t-il. Il y avait un certain décalage entre nos bureaux et la marque que nous aspirons à être ».

Brown et son équipe se sont tournés vers Herman Miller pour essayer de remédier à ce décalage. Soludos a également fait appel à l’entreprise de design intérieur Homepolish pour qu'elle apporte des détails personnalisés et des espaces informels. Les équipes ont collaboré pour créer un espace de travail qui soutienne les besoins quotidiens de chaque employé, mais également la vision à long terme de la marque Soludos.

« Homepolish a rejoint le projet (et) leur équipe s'est vraiment bien intégrée, que ce soit avec nous ou avec l’équipe de Herman Miller, et a permis d’incorporer à l’espace beaucoup de la personnalité de la marque », apprécie Wright. Ceci est particulièrement probant dans les espaces de salon et le showroom. Il en résulte un bureau accueillant qui respire l’énergie créative de l’entreprise, ou, selon les termes de Wright, « un environnement qui nous ressemble beaucoup plus. »

Deux femmes travaillent à leurs ordinateurs à l'intérieur d'un espace de bureau communal.

Soludos a collaboré avec Homepolish pour intégrer des éléments vintage à la combinaison de meubles Herman Miller qui équipent l’espace, créant ainsi des agencements comme ce Cove (« crique », en arrière-plan), qui reproduit l'esthétique et l’ambiance d’un salon de maison de plage à Montauk.

Une salle de conférence lumineuse dispose de lumière naturelle et de chaises Setu.

Une lumière naturelle baigne les deux Meeting Spaces (espaces de réunion), chacun équipé de tables Layout Studio et de sièges Setu, ce qui les rend parfaitement adaptés aux revues de design, où les équipes doivent prendre des décisions sur les coloris et les matériaux.

Créer un lien créatif

Au départ, Herman Miller a aidé Soludos à réévaluer comment l’espace pouvait être optimisé pour se faire l’expression de la marque et soutenir ses employés, « en essayant vraiment de comprendre les défis engendrés par la manière dont nous travaillions et en établissant une feuille de route pour parvenir à l’efficacité dans notre bureau et notre cadre organisationnel », souligne Brown. La première étape consistait à comprendre les besoins de chaque employé et les activités des différentes équipes. Ensuite, Herman Miller a collaboré avec Soludos pour créer toute une variété d’agencements qui répondraient parfaitement à ses besoins et à ses activités : un espace de travail principal ou Hive (ruche), des Meetings Spaces et des agencements supplémentaires pour les rassemblements informels. Simultanément, les abords de ces agencements furent planifiés pour favoriser les liens productifs et efficaces qui pourraient soutenir la croissance de l’entreprise.

Par exemple, les espaces de travail à l’arrière du nouveau bureau sont organisés en deux groupes, avec l’équipe de design d’un côté et les équipes de production et de finance de l’autre. Un îlot sépare l’espace entre les deux. Cette application offre à chacun le type d’espaces dédiés dont il manquait dans l’ancien bureau, tout en permettant l’interaction entre collègues. « Ces équipes collaborent constamment au cours de la journée, constate Wright.  Maintenant, si elles souhaitent discuter et travailler ensemble, elles ont juste à se tourner. »

En réalité, dans ce bureau, tout le monde peut désormais collaborer avec les designers pendant qu’ils développent une nouvelle collection de produits. « Nous souhaitions vraiment construire un bel espace où ils pourraient épingler des images d’inspiration, des échantillons de tissus, toutes ces choses qui sont importantes pour eux », poursuit Wright. Ce type de flux de travail ouvert a un impact direct sur la réalisation des idées créatives et leur mise à la disposition des clients. « Nos délais de réalisation de produits n’ont jamais été aussi courts », ajoute Brown.

Nick Brown, PDG et fondateur de Soludos, sourit dans son bureau.

Nick Brown est le fondateur et PDG de Soludos, une marque de mode en plein essor dont le siège est basé dans le quartier de SoHo, à New York.

Exprimer la marque

Dès que l’ascenseur s’ouvre, les visiteurs se trouvent immédiatement devant une exposition de produits Soludos, le premier showroom de la marque. « C’était vraiment une priorité pour nous d’avoir le service des ventes en interne et de disposer d’un showroom qui incarne la marque et dont nous pourrions être fiers », poursuit Brown. Situé à l'avant de l'espace, le showroom établit un lien visuel immédiat entre les produits exposés et le quartier peuplé d’amateurs de design où il est situé.

Pour les réunions formelles, Herman Miller a créé deux Meeting Spaces équipés de tables Layout Studio et de sièges Sayl. Ils sont baignés de lumière naturelle toute la journée, ce qui est particulièrement important lors des réunions de design où l’équipe doit prendre des décisions sur les échantillons de couleurs et les matériaux. Si ces deux Meeting Spaces sont trop formels pour certains rassemblements, il existe également deux agencements plus informels où l’on se sent plutôt comme dans un salon.

L’efficacité des flux de travail, la fluidité du processus de conception, la possibilité de créer un lien avec les clients, les touches de personnalité... tout cela crée un environnement immersif où toutes les personnes connectées à la marque se sentent bien. « Nous tenons ici de nombreuses réunions avec les partenaires de la marque, conclut Wright. Quand ils arrivent dans nos locaux, ils s’exclament presque toujours : « Waouh ! Cet espace est vraiment à l’image de Soludos. »