Un pur « Metaproject »

Les étudiants du RIT collaborent avec Herman Miller afin de créer des designs qui permettront d'améliorer la collaboration.


Rédigé par : Mindy Koschmann

Illustration de : Nathaniel Russell

WHY Magazine - A Very Metaproject

En grec, le préfixe méta signifie « après » ou « au-delà ». En anglais, « meta » a une signification plus ésotérique : il désigne un concept, soustrait d'un autre, venant compléter ou améliorer l'original. Ces deux acceptions s'inscrivent dans la philosophie du Metaproject, un cours de design industriel d'un semestre proposé par le Rochester Institute of Technology, en coopération avec le Vignelli Center for Design Studies.

Le Metaproject aide les étudiants à appréhender une approche résolutive centrée sur le design et leur offre la possibilité de réaliser un projet sur la base d'une consigne. Cette année, la consigne émise par Herman Miller à l'intention des étudiants est de créer des designs améliorant l'interaction entre les personnes, les outils et la technologie sur le lieu de travail. Le groupe de l'équipe d'exploration du design de chez Herman Miller composé de Daniel Rucker, de Tony Rotman, de Chris Hoyt et de Gary Smith, a assuré l'orientation tout au long de ce cours.

« Sans la grande expérience d'un partenaire du secteur, la production des étudiants aurait été trop restrictive et trop planifiée », déclare Josh Owen, le fondateur de Metaproject, qui est aussi Professeur et titulaire de la chaire de Design industriel au RIT. « Herman Miller est pour nous un partenaire d'exception. L'histoire d'Herman Miller est faite de nombreuses collaborations avec des designers... cela convient parfaitement au défi pédagogique de cet établissement qui accorde une grande valeur à l'innovation par le design. »

Au cours de la première moitié du cours, les étudiants ont pu apprendre l'histoire, la théorie et la pratique du design de produits en s'appuyant sur l'expérience d'Herman Miller en matière d'approche résolutive et axée sur l'humain. Puis, sous la direction d'Owen et de l'équipe d'Herman Miller, les étudiants ont pu travailler sur les différentes étapes nécessaires à la réalisation d'un produit, de la conception à l'exécution.

Personal Space Bar by Kat Given. This dual-component workspace offers a standing-height counter and a quiet place to retreat for more focused work (or potentially a nap). A multi-functional, moveable cushion supports a variety of postures and can be used for guest seating away from the desk. Relationship Focus: Human-to-Tools

Personal Space Bar par Kat Given
Cet espace à double composante offre un comptoir à hauteur d'homme et un endroit calme où se retirer pour se concentrer sur une tâche (ou faire une sieste). Des coussins amovibles et multifonctions offrent une variété de positions et peuvent être utilisés par d'autres personnes pour s'asseoir à distance du bureau. Type de relation : Homme à outils

Snack Station by Tony Han. Designed as focal point, the tri-tiered Snack Station is a place where people can comfortably gather while sharing refreshments. Relationship Focus: Face-to-Face

Snack Station par Tony Han
Conçu comme un point de rassemblement, la table à trois niveaux Snack Station est un endroit qui permet aux employés de se rassembler autour de rafraîchissements. Type de relation : face à face

« Ce qui me frappe véritablement à propos de cette consigne, c'est qu'elle offrait une opportunité pour la collaboration », explique Alexander Bennett, étudiant en dernière année de design industriel. « Tout au long de mes études au RIT, la collaboration aura été l'objectif premier de tous mes projets. Cette approche m'a incité à envisager la collaboration comme un objet. »

Bennett souhaitait privilégier ces interactions spontanées favorisant la créativité sur le lieu de travail. Sa solution, un siège pouvant se diviser en deux et qui permet à deux personnes de s'asseoir tout en partageant le même écran, fut le résultat d'une longue série d'essais. Pour obtenir un environnement dans lequel le siège serait à la fois confortable et solide structurellement, Bennett fabriqua des maquettes en carton, des prototypes à pleine échelle en bois, puis perfectionna le projet à l'aide d'un logiciel de DAO.

La réussite de son design tient dans ce processus de perfectionnement. « En élaborant le concept de mon design, c'est réellement Dan Rucker et le reste de l'équipe qui m'auront permis de me sentir à l'aise lorsqu'il s'agissait de définir les contraintes matérielles de la solution et de déterminer le type d'environnement dans lequel ce siège pourrait être utilisé », ajoute Bennett. « Ils m'ont vraiment aidé à définir l'utilisation concrète de cet objet ; je n'ai donc pas eu à résoudre tous les problèmes, mais un problème en particulier. »

Social Furniture System by Richard Luo. Seating, storage, and work surface in one, the Social Furniture System enables a casual setting where people can socialize or informally share ideas. The pie-shaped blocks can be stacked or rearranged to suit the needs of the people using the space. Relationship Focus: Face-to-Face

Social Furniture System par Richard Luo
Un siège, un rangement et une surface de travail rassemblés au sein d'un système mobilier unique offrent un environnement informel autour duquel les employés peuvent interagir ou partager des idées spontanément. Les blocs en forme de camembert peuvent être empilés ou réarrangés pour répondre aux besoins des utilisateurs de cet espace. Type de relation : face à face

Discretion Barrier by Gino Santaguida. The Discretion Barrier solves a problem common in many office environments—disruption by people talking on the phone. The simple design provides enough of a physical and acoustic barrier to offer privacy without isolation. The frame enables an additional layer of privacy with added functionality as a coatrack. Relationship Focus: Digitally Mediated

Discretion Barrier par Gino Santaguida
La Discretion Barrier résout un problème propre à de nombreux environnements de bureau : l'interférence provoquée par les personnes parlant au téléphone. Ce design simple offre une barrière physique et acoustique suffisante pour procurer de l'intimité sans accroître la sensation d'isolement. Cette structure permet d'apporter un niveau d'intimité supplémentaire, auquel s'ajoute la fonctionnalité d'un portemanteau. Type de relation : support numérique

Une fois les projets achevés, les designs des étudiants furent notés par un jury composé des membres de l'équipe Herman Miller et chargé d'évaluer la réalisation, la performance, l'esthétique, la mise en œuvre du concept et la cohérence du projet par rapport aux consignes initiales. Selon Rucker, le design de Bennett correspondait exactement à ce que souhaitaient les jurés.

« Lorsque nous évoquons le fait d'établir et d'améliorer les relations, le design ne doit pas ignorer les notions de sensibilité et d'empathie, et le design gagnant ne dérogeait pas à la règle », explique Rucker. « Le partage de la technologie individuelle avec quelqu'un d'autre s'organise souvent par le biais de logiciels et d'écrans. Nous nous sommes volontairement placés en porte-à-faux avec la croyance qui veut qu'amplifier une expérience vaille toujours mieux qu'une expérience restée au stade confidentiel. Dans un sens, ce siège est une parfaite démonstration du contraire. » 

Le projet de Bennett, et celui des sept autres favoris, ont été fabriqués par Herman Miller avant d'être exposés au RIT ainsi qu'au salon International Contemporary Furniture Fair à l'occasion de la semaine du design à New York. « Le ICFF nous a permis de voir pour la première fois nos designs achevés », précise Bennett.  « C'en était presque surréaliste : il s'agissait d'une opportunité unique de partager notre design avec le monde entier. »

 «Alex est l'un des quelques étudiants de la classe ayant choisi de traiter la problématique des relations via supports numériques en suivant une approche innovante et audacieuse. Son approche était innovante, car elle intégrait l'ordinateur en tant que 3e entité dans une conversation triangulaire entre deux employés sur le lieu de travail. Elle était également audacieuse, car il a su s'attaquer au plus grand défi posé par une entreprise célèbre pour ses sièges.»

— Josh Owen, fondateur de Metaproject, professeur titulaire et directeur du département de design industriel du RIT

Invitation Chair by Alexander Bennett. The Invitation Chair shifts from a comfortable seat for one to a perch for two co-workers viewing a digital device. Relationship Focus: Digitally Mediated

Invitation Chair par Alexander Bennett
Le siège Invitation Chair passe du siège confortable destiné à une personne à un siège sur lequel peuvent se percher deux collaborateurs regardant un même écran. Type de relation : Support numérique

« Des cours comme ceux du Metaproject sont à la fois précieux et importants pour les étudiants en design car ils offrent une expérience approfondie qui ne peut être reproduite au début de leur carrière dans ce secteur », déclare Owen. « Être traités comme des designers indépendants tout en étant guidés par le corps professoral de la faculté, avec la participation de leaders de l'industrie, c'est un peu comme une visite guidée qui se ferait par le biais d'une expérience dont la plupart des designers ne bénéficieront jamais. »

En ce qui concerne Bennett, qui est en stage pour l'été chez Microsoft, sa participation au Metaproject lui aura permis de concrétiser l'une de ses aspirations depuis le début de ses études au RIT. En outre, le Metaproject permit à Bennett et aux autres étudiants d'appréhender une approche du design considérée comme sacrée à la fois par Herman Miller et par le Vignelli Center for Design Studies du RIT. « Le Metaproject ne s'articule pas vraiment autour d'un secteur spécifique comme les meubles ou les voitures ou les chaussures », explique Bennett. « Il s'agit plus de vous permettre de résoudre des problématiques vraiment intéressantes.  C'était tout l'objet de la consigne de Herman Miller : il fallait résoudre un problème intéressant et il se trouve que la solution que j'ai proposée était un siège. »