Produits par Isamu Noguchi

« Tout est sculpture », disait Isamu Noguchi. « Je considère n'importe quel matériau, n'importe quelle idée qui s'exprime sans entrave dans l'espace, comme de la sculpture. »

Noguchi était convaincu que la tâche du sculpteur consistait à donner forme à l'espace, à lui attribuer ordre et sens, et il pensait que l'art devait « disparaître », ou se fondre dans son environnement. Cela tenait peut-être à son biculturalisme, car son père était un poète japonais et sa mère, une écrivaine écossaise-américaine. Ainsi, sa manière de voir le monde était marquée par une recherche « d'harmonie ».

Totalement inclassable et se jouant des étiquettes, Noguchi était capable de créer des sculptures aussi abstraites que celles d'Henri Moore mais aussi des œuvres aussi réalistes que celles de Léonard de Vinci. Il utilisait tous les matériaux qui lui tombait sous les mains : pierre, métal, bois, argile, os, papier, ou un mélange de tous ces éléments, qu'il s'appliquait à sculpter, mouler, découper, marteler, buriner ou dynamiter pour dégager des formes.

« Se limiter à un style particulier peut vous rendre expert d'un certain point de vue ou représentant d'une certaine école, mais je ne souhaite pas appartenir à une école, » a-t-il déclaré. « J'apprends et je découvre en permanence. »

Au cours de sa carrière, l'artiste a mené à bien des projets très divers : terrains de jeux ou places, meubles ou jardins, bustes en pierre ou lampes Akari en papier, si fines qu'elles peuvent être pliées et rangées dans une enveloppe. Il a également conçu de nombreux décors pour la danseuse-chorégraphe Martha Graham, qui eut sur lui une influence majeure, tout comme son mentor, Constantin Brancusi.

« Tout est sculpture. »

- Isamu Noguchi

Aussi intelligent que cohérent dans son approche, Noguchi faisait également preuve d'une grande sensibilité. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, aux heures les plus sombres de l'histoire des États-Unis, il est entré volontairement dans un camp de transfert pour les Américains d'origine japonaise et n'a pas pu obtenir d'autorisation de partir. Après sept mois, il obtint sa libération. « J'étais finalement libre », a-t-il déclaré avec gratitude. « J'ai décidé à ce moment-là que je ne serai dorénavant qu'un artiste. »

Sa relation avec Herman Miller vit le jour lorsque l'un de ses designs fut utilisé pour illustrer un article de George Nelson intitulé « Comment fabriquer une table ». C'est devenu sa fameuse « table basse », introduite pour la première fois en 1947 et rééditée en 1984.

On compte parmi ses principales réalisations les jardins entourant le siège de l'UNESCO à Paris, cinq fontaines pour la Cour suprême de Tokyo et une fresque murale pour le marché Abelardo Rodriguez de Mexico.

Noguchi est mort en 1988 après une carrière brillante qui s'est prolongée sur plus de six décennies. Pour quelqu'un qui, à 15 ans, s'est vu dire par son premier professeur d'art qu'il ne « serait jamais un sculpteur », il a laissé un héritage incroyable.