Produits par Yves Béhar

Yves Béhar est un penseur. Et le futur occupe une part importante de ses pensées. Cela apparaît clairement dans ses créations, de son splendide PC portable laqué rouge pour Toshiba à ses élégantes sandales fermées Footprint pour Birkenstock, en passant par la superbe oreillette Aliph Jawbone pour téléphones portables. « Pour moi, le design a non seulement pour objectif de nous montrer l’avenir, mais de nous y amener », déclare-t-il.


Fondateur de fuseproject (« consacré au développement de l'expérience émotionnelle procurée par le storytelling de marque »), Béhar explore l'univers du design depuis sa plus tendre enfance en Suisse. « En Europe, c'est quasiment inné d'évaluer les objets à la fois du point de vue fonctionnel et esthétique », explique-t-il.

Fils d’une Allemande de l’Est et d’un Turc, Béhar a grandi entre deux cultures. « L'une est fonctionnelle et moderne, l'autre expressive et poétique », explique-t-il. « Je m'efforce toujours d'intégrer les deux à mes projets. »

Malgré son jeune âge, ce designer a déjà une carrière impressionnante. Diplômé de l’Art Center College of Design, il travailla d’abord avec des clients high tech de la Silicon Valley comme Apple et Hewlett Packard, avant d’évoluer dans les secteurs sportif, vestimentaire, technologique et mobilier.

« En Europe, c'est quasiment inné d'évaluer les objets à la fois du point de vue fonctionnel et esthétique », explique-t-il.

- Yves Béhar

Dans l'un des innombrables articles qui lui sont consacrés, Béhar est décrit comme « le designer pluridisciplinaire de notre époque. » Parmi les nombreux prix qui lui ont été décernés, on compte le prestigieux National Design Award du Cooper Hewitt Smithsonian National Design Museum, où ses œuvres font partie de la collection permanente.

En 2004, il a présenté deux expositions individuelles, l’une au San Francisco Museum of Modern Art et l’autre au Musée de Design et d’Arts Appliqués Contemporains de Lausanne, en Suisse.

« Mon approche du travail avec mes clients consiste à établir un lien émotionnel par le biais d'idées et de contenu plutôt que du style », explique Béhar. « Plutôt que le choix d'une esthétique ou d'une autre, je privilégie les conversations approfondies où les interlocuteurs s'accordent sur l'approche et l'orientation. »

Sa collaboration avec Herman Miller est le fruit d’une conversation de ce type. Grand admirateur de Charles et Ray Eames, Béhar avait décidé de réaliser lui-même quelque chose pour la société. « Le design est au cœur même de la culture de Herman Miller », précise-t-il. « Alors un jour, je les ai tout simplement appelés pour leur dire 'Et si nous travaillions ensemble ?' »

Quatre ans plus tard, Herman Miller lançait deux lampes qui innovaient avec brio, Leaf et Ardea.

Etant donné la vaste gamme de produits sur lesquels il travaille, Béhar pourrait avoir du mal à penser à autre chose qu’au design. Pas du tout, dit-il. « J'ai beaucoup d'autres centres d'intérêt, ce qui me permet d'atteindre un équilibre personnel. J’adore notamment le surf, la planche à voile et le snowboard. Du coup, je passe énormément de temps au contact de la nature. »

Quant à l'avenir, Béhar se dit satisfait de concevoir des produits pour des entreprises qui « recherchent l'innovation, le changement, la transformation. Cela me passionne de travailler avec des gens qui vont de l'avant, qui sont tournés vers l'avenir, la nouvelle génération. »

Il semblerait bien que Béhar soit tout indiqué pour les y mener.